Deux planches sont posées sur des tréteaux.
Sur la première, une trace verte, des poulies et des cordes reliées à une scie sauteuse, une caméra positionnée verticalement à 2m au dessus de la planche, un écran, un mixeur vidéo et un lecteur DVD. L’écran, le mixeur et la caméra sont reliés ensemble. Le lecteur DVD diffuse la vidéo d’une main traçant des territoires ou parcelles sur une côte de boeuf à l’aide d’un feutre noir. Le mixeur incruste la vidéo dans l’image, en direct à l’aise de la caméra.
Sur la deuxième est installé un vidéo projecteur situé à 2m au dessus de la planche verticalement et une échelle est posée à côté .
Cette installation est active, elle se passe en trois temps:
- Le premier étant celui avec la constitution décrite précédemment.
- Le deuxième est le temps d’action ou j’interviens sur la première table de l’installation en manipulant la scie sauteuse avec des cordes et des poulies afin de découper une partie de la côte de boeuf. Cette action est retransmise sur l’écran grâce au mixeur.
- Le troisième est le temps où l’action qui s’est déroulée auparavant est diffusée à travers le vidéo- projecteur sur la deuxième table.
L’action dans cette installation est importante, elle vient la moduler, lui faire prendre une autre forme, et elle permet de créer le lien entre les éléments déjà présents, affinant le point de vue du spectateur.
Les matières, les outils et les techniques utilisées se rencontrent alors dans des conditions inhabituelles sans vraiment se croiser physiquement.

UQAM, Montréal 2007